Robinetterie Française

On parle de nous !

Portrait de Yannick TETARD

Parfois, Yannick TETARD considÚre ses robinets comme ses bébés.

C’est dans le Vimeu, berceau de la robinetterie française, que Yannick TĂ©tard continue
de vouer une passion pour son métier avec la fierté de ne produire que du haut de gamme.

Pour lire la  suite de l’article, cliquez sur le lien ICI

Article LE COURRIER PICARD – 27 Octobre 2013

ATV, Robinetier de qualité

ImpantĂ© depuis 1997 Ă  Tully, ATV est specialisĂ©e dans la robinettrie de qualitĂ©. L’entreprise de dix salariĂ©s fabrique des commandes spĂ©ciales comme des moyennes sĂ©ries avec pour mot d’ordre de perpĂ©tuer un savoir-faire, et de le transmettre.

Pour lire la  suite de l’article, cliquez sur le lien ICI

Article LA GAZETTE – 03 Octobre 2014

Sa maison est équipée de cuivre du sol au plafond

Poignées de porte, interrupteurs : une habitante de VILLETTE a mis du cuivre partout chez elle. Elle veut limiter la transmission des maladies.

Pour lire, la suite de l’article, cliquez sur le lien ICI

Article LE PARISIEN – 10 Octobre 2013

Salon IDEO BAIN

Un article prĂ©sentant notre entreprise a Ă©tĂ© publiĂ© dans le Magazine DECO MAG qui est distribuĂ© Ă  l’occasion du salon d’IDEO BAIN du 04 au 08 Novembre 2013.

Pour visualiser l’article, cliquez sur le lien ICI

HĂŽpital de Rambouillet

PremiĂšre expĂ©rimentation d’Ă©quipements en cuivre Ă  l’HĂŽpital de Rambouillet


Le Centre hospitalier de Rambouillet (78) a choisi d’Ă©quiper ses services de rĂ©animation et de pĂ©diatrie de cuivre, afin de lutter contre les maladies nosocomiales responsables de prĂšs de 3.500 dĂ©cĂšs chaque annĂ©e en France. Une premiĂšre, que les protagonistes du projet espĂšrent voir se gĂ©nĂ©raliser sur l’ensemble du territoire.

Fort d’expĂ©riences en Europe, Ă  l’HĂŽpital de Selly Oak au Royaume-Uni par exemple, et de la publication d’une Ă©tude amĂ©ricaine sur les bienfaits du cuivre dans la lutte contre les bactĂ©ries, le Centre d’Information du Cuivre, Laiton et Alliage (CICLA) a Ă©tĂ© Ă  l’initiative du projet d’introduire des Ă©quipements en cuivre dans le Centre Hospitalier de Rambouillet, en collaboration avec le chef du service HygiĂšne de l’hĂŽpital, Dr Patrick Pina, et l’Association Le Lien qui vient en aide aux patients et familles victimes de ce flĂ©au, qui touche, chaque annĂ©e, prĂšs de 750.000 personnes en France.

Ainsi, les services de rĂ©animation et de pĂ©diatrie de l’hĂŽpital – deux entitĂ©s oĂč les risques de transmission de bactĂ©ries sont trĂšs Ă©levĂ©s – serviront, pendant environ 1 an, de base Ă  une Ă©tude clinique pour mesurer l’efficacitĂ© du dispositif contre les maladies nosocomiales.

« Le cuivre est naturellement anti-bactĂ©rien et son action est permanente », a affirmĂ© d’emblĂ©e Olivier Tissot, prĂ©sident du CICLA. DĂ©jĂ  utilisĂ© chez les Egyptiens, il semble qu’il ait retrouvĂ© ses lettres de noblesse depuis quelques annĂ©es dans le monde mĂ©dical. Mais au-delĂ  de l’expĂ©rience de confirmer les vertus du cuivre, le vĂ©ritable enjeu se trouve dans le bĂ©nĂ©fice patient qui en dĂ©coulera. Ainsi, les Ă©tudes et tests en laboratoire ont montrĂ© que les staphylocoques sont totalement inactivĂ©s aprĂšs seulement 1h30 sur le cuivre et 4h30 sur le laiton (alliage de cuivre et de zinc). InstallĂ© Ă  minima dans un hĂŽpital, ce serait environ 40% de risques en moins de contracter une maladie nosocomiales.

Vers un « plan cuivre » dans les hÎpitaux de France ?

A Rambouillet, ce sont donc poignées de portes, barres de déambulation, interrupteurs, prises électriques, robinetterie et plaques de propreté qui ont été converties au cuivre et ses alliages : des objets fréquemment touchés et manipulés tant par le personnel, les malades et leurs visiteurs.

L’installation de ces Ă©quipements a dĂ©butĂ© en aoĂ»t, et a demandĂ© quelques semaines de finalisation dans les deux services concernĂ©s. Le chantier s’est dĂ©roulĂ© dans le silence et la propretĂ©, sans perturber ni les patients ni le personnel, qui avaient au prĂ©alable reçu beaucoup d’information sur l’expĂ©rimentation en cours. Ainsi, les barres de dĂ©ambulation ont Ă©tĂ© prĂ©dĂ©coupĂ©es en atelier, tandis qu’il suffisait d’un simple tour de vis pour dĂ©monter et remonter les robinets. Concernant ces derniers, dont la fabrication et la conception ont Ă©tĂ© confiĂ©es Ă  Yannick TĂ©tard (Atelier Traditionnel du Vimeu – 80130 Tully), il aura fallu deux essais avant de pouvoir installer un Ă©quipement spĂ©cifique, qui se purge automatiquement et qui ne retient donc aucune quantitĂ© d’eau Ă  l’intĂ©rieur oĂč pourraient se dĂ©velopper les bactĂ©ries. L’hĂŽpital compte Ă  ce jour 40 robinets, tous fabriquĂ©s sur mesure, et constituĂ©s d’un alliage de 63% de cuivre. D’ailleurs, seules les barres de dĂ©ambulation sont Ă  100% en cuivre.

A terme, et selon les premiers rĂ©sultats de l’Ă©tude, d’autres services pourraient bĂ©nĂ©ficier d’Ă©quipements en cuivre. Le directeur gĂ©nĂ©ral du Centre hospitalier de Rambouillet, Jean-Pierre Richard, nous a confiĂ© que le service gĂ©riatrie sera rĂ©novĂ© courant 2012, « et il serait logique que ce soit la prochaine cible de cette expĂ©rimentation ». Quant Ă  la question du financement, le DG affirme que les coĂ»ts d’installation et d’exploitation sont nuls. En tant que projet pilote, le Centre a profitĂ© de la contribution gĂ©nĂ©reuse des industriels, institutions et associations. « Equiper les deux services a demandĂ© moins de 400 kg de matĂ©riau, soit environ 2.500 € au total », a soulignĂ© Olivier Tissot.
Un investissement dĂ©risoire rapportĂ© Ă  ce qu’il peut permettre en termes de recherche et de bienfaits mĂ©dicaux. « Si les rĂ©sultats de l’Ă©tude française s’avĂšrent concluants, comme cela a Ă©tĂ© le cas pour toutes les expĂ©rimentations rĂ©alisĂ©es dans les hĂŽpitaux du monde entier, nous devrons en tenir compte et faire de l’utilisation du cuivre une piste sĂ©rieuse d’amĂ©lioration des politiques de rĂ©duction des risques dans les hĂŽpitaux », a conclu Claude Rambaud, PrĂ©sidente de l’association Le Lien.


Carine Lauga (07/10/2011) Bactiactu